Impact et conséquences des réseaux sociaux : ont-ils pris le pouvoir sur nos vies ?

impact-rs-swello-blog

La communication digitale via les principaux réseaux sociaux joue un rôle prépondérant dans notre société. Pourquoi et comment ? Quels sont les conséquences des réseaux sociaux sur nos vies ? Est-ce une fatalité ?

Dès lors que l’on parle d’addiction, on pense d’abord aux substances et drogues les plus classiques, style héroïne, cocaïne, alcool…

La dépendance aux réseaux sociaux est pourtant de plus en plus facilement associée au terme « addiction ». Est-il encore besoin de rabâcher les chiffres phénoménaux des médias sociaux ?

Les 4 premiers du classement comptent chacun plus d’un milliard d’utilisateurs. 😳


La fréquentation des réseaux sociaux en chiffres

Avant de voir en détail la manière dont ces nouveaux outils influencent notre vie et notre manière d’échanger, permettez-moi de revenir à l’instant sur l’ampleur du phénomène.

Sans même parler de l’impact du réseautage sur la vie privée, l’interaction que permettent les réseaux sociaux, ainsi que la visibilité et l’e-réputation qu’ils amènent, en font des outils absolument primordiaux en webmarketing. Selon Effilab, 93 % des publicitaires font appel à la publicité Facebook, notamment pour fidéliser leurs clients, et transformer un plus grand nombre de prospects. 41 % des utilisateurs de Twitter auraient acheté un produit dans les 30 jours suivant le visionnage d’une pub sur la plate-forme.

Une accoutumance aux réseaux sociaux à tout âge

Le réseau social devient donc un moyen de plus en plus incontournable d’attirer les consommateurs… Et ça marche.


Une accoutumance aux réseaux sociaux à tout âge

Outre l’incroyable impact des réseaux sur le marketing digital, ceux-ci sont, bien sûr, profondément ancrés dans les mœurs. N’allez pas vous imaginer que communiquer sur les réseaux sociaux est l’apanage des adolescents dont 45 % déclarent y être connectés presque en permanence. 50 % des utilisateurs de LinkedIn ont entre 30 et 49 ans, et ce ne sont pas moins de 88 % des 18-29 ans qui utilisent les médias sociaux.

Dépendance aux réseaux sociaux : une nouvelle addiction ?

Chez les 18-24 ans, 51 % avouent qu’il leur serait difficile de se détacher des médias sociaux.

Voilà qui donne à réfléchir ! Et ce, alors que Facebook va fêter son 15e anniversaire début février… Ça ne nous rajeunit pas ! 👴

Ce point posé, entrons maintenant plus dans le détail des conséquences du virtuel sur la vie quotidienne.


Dépendance aux réseaux sociaux : une nouvelle addiction ?

La principale conséquence de cette croissance exponentielle des réseaux sociaux est évidemment la dépendance qu’elle crée chez les utilisateurs. Qu’il s’agisse d’une « dépendance » au sens médical du terme ou non, cela ne change rien au fait qu’alimenter son profil Facebook ou son compte Twitter à longueur de journée peut vite prendre des dimensions démentielles.

Selon siecledigital.fr, en 2017, le temps cumulé sur les réseaux représenterait 5 ans et 4 mois dans l’entièreté d’une vie, contre 7 ans et 8 mois pour la télévision. Sachant que la tendance s’inverse de plus en plus, et que la TV a des dizaines d’années d’existence de plus au compteur… 📺

La peur de rater quelque chose

On retrouve notamment cette dépendance avec la multiplication de la messagerie instantanée. Après avoir fait les beaux jours de MSN, elle revient de plus belle sur beaucoup de réseaux sociaux. Ce qui est pertinent, quand on songe au sens littéral de l’expression « réseau social ». Malheureusement, dans la famille des éléments pouvant générer une forte addiction, la messagerie instantanée se pose là. On a vite fait d’y parler de tout, mais surtout de rien, pendant des heures, sans même s’en rendre compte…


La peur de rater quelque chose

Le succès des réseaux sociaux s’explique également par le syndrome « Fomo », pour « Fear of missing out ». En clair, la peur de rater quelque chose. Par le caractère instantané des publications et la facilité de les mettre en place, il se passe toujours quelque chose sur les réseaux.

On devient rapidement accro à cette course à la nouveauté, désireux de sans cesse découvrir le dernier repas d’Untel, ou le commentaire du dernier film vu par tante Machine. Cette peur de manquer les nouveautés conduit à revenir sans cesse sur les réseaux, pour toujours être au courant de tout.

Les côtés sombres des réseaux sociaux

Si vous êtes un créateur ou influenceur qui utilisez la viralité des réseaux pour développer votre notoriété et réputation, la dépendance est là aussi extrême. Interagir avec ses followers y est tellement plus simple et rapide que le bon vieux blogging à l’ancienne… Vous êtes donc toujours incité à revenir pour lire les commentaires de votre dernier tweet, publication ou vidéo YouTube.


Les côtés sombres des réseaux sociaux

Même si les réseaux sociaux ont des apports positifs, il est sain de souligner aussi ces zones sombres, pour ne pas « laisser pourrir la pomme ».

Outre cette dépendance aux multiples facteurs (amitié facile avec des inconnus, possibilité de devenir quelqu’un d’autre sur le net, besoin de reconnaissance), les réseaux ne sont pas sans autre excès, des plus déplorables. On citera notamment la cybercriminalité (avec par exemple le vol de données ou le piratage d’identité), le cyberharcèlement et les ravages qu’il occasionne dans le milieu scolaire, ou encore l’avènement des fake news, ou comment créer des polémiques stériles à partir de… rien du tout.

Première étape : faites votre constat

Sommes-nous pour autant condamnés à voir les réseaux prendre le contrôle de nos vies ? Heureusement que non !


Comment vous détacher des réseaux sociaux


Première étape : faites votre constat

Avant de vraiment tenter de réduire votre consommation, vous devez mesurer objectivement l’étendue de votre potentielle dépendance. Tâchez de comptabiliser le temps que vous passez sur les réseaux, et d’en faire une moyenne.

Partant de ce chiffre, fixez-vous un objectif réaliste : combien de temps voulez-vous réellement consacrer à votre vie digitale ?

Connaître votre temps de connexion actuel, et savoir vers quel objectif vous tendez de manière précise, sera très utile pour changer vos habitudes.

Réduire la présence des réseaux techniquement


Réduire la présence des réseaux techniquement

Pour ce qui est des mesures concrètes, vous pouvez utiliser des extensions et outils qui limitent ou bloquent vos accès aux réseaux sociaux. Cela peut être en permanence, certains jours ou certaines heures. Une fois que vous avez pris la peine de paramétrer vos accès, vous saurez que ça ne sert à rien de foncer sur votre ordinateur toutes les 10 minutes : vous ne pourrez pas accéder à vos comptes si ce n’est pas encore le moment.

Une astuce tellement simple que l’on n’y pense pas du tout : déconnectez-vous. Non pas de manière imagée, mais littéralement, cliquez sur le bouton « Se déconnecter ». Ainsi, vous aurez beau revenir rafraîchir la page dans 7 minutes 38 secondes comme à chaque fois, vous ne verrez pas les dernières publications et infos de vos proches, et ne tomberez pas dans la spirale de la connexion perpétuelle.

Réduire la présence des réseaux techniquement

Vous pouvez également désactiver tout ou partie des notifications de vos réseaux. Sans oublier celles sur votre téléphone ! Vous n’aurez pas ainsi de prétexte pour retourner sur l’ordinateur ou sur Internet (même si votre cousin vient de poster une nouvelle vidéo de chat).


Réduire la présence des réseaux mentalement

Enfin, vous pouvez faire la part des choses et essayer de vous raisonner mentalement. Avez-vous réellement besoin de sauter sur tous vos comptes dès le lever du lit ? Prenez le temps de vous réveiller en douceur, et de savourer un bon petit-déjeuner, avant de faire un premier petit tour de réseau.

Quand c’est fait, inutile de repasser dans 15 minutes. Vous pouvez bien n’y retourner que dans une heure ou deux, voire pourquoi pas simplement pendant la pause-déjeuner. Le monde continuera très bien à tourner sans vous, et vous n’aurez que plus de plaisir et de choses à découvrir lorsque vous reviendrez vous connecter.


Une excellente solution : programmez vos publications !

Comme toute chose, c’est quand un « social media » est consommé en excès que le bât blesse. Lorsque l’on est conscient de la situation, on peut trouver des astuces et réflexions pour limiter son temps sur les réseaux, et le consacrer ainsi à des choses peut-être plus importantes et diversifiées.

Dans cette optique, la possibilité de programmer en détail et en avance ses publications sur les réseaux est une excellente solution. Du côté créateur de contenu, cela vous permet d’organiser de manière précise et anticipée tous vos posts. Vous ne perdez jamais en visibilité.

Bandeau swello blog

Plus besoin de vous creuser quotidiennement les méninges. Vous ne vous rendez pas sur le support, vous demandant ce que vous allez bien pouvoir publier, et à quel moment. Sans vouloir le nommer et totalement au hasard 😇, Swello est pour ça un excellent outil. Il vous permet d’optimiser votre stratégie de webmarketing, tout en gagnant énormément de temps… Un temps que vous ne passerez ainsi pas sur les réseaux sociaux !

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.
Tous les champs comportant une étoile (*) sont obligatoires.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.