Comment optimiser le Reporting Social Media lié à votre stratégie ?

La nécessité des réseaux sociaux dans une stratégie de marketing en ligne n’est plus à démontrer. Dans cette optique, le reporting social media vous permet de suivre les résultats des posts publiés et leur florilège d’indicateurs pour s’assurer de la pertinence des actions mises en place. 💪

Mais comment répondre en même temps au besoin d’informations pertinentes pour optimiser son marketing sur les réseaux sociaux et à la nécessité de gagner du temps ?


Créer un Reporting Social Media : pour quoi faire ?

Un Reporting Social Media est tout simplement la récolte de données et statistiques permettant de mesurer l’efficacité d’une campagne de communication sur les réseaux sociaux.

Par extension, cela désigne également le rapport qui présente ces résultats.

Il peut se présenter de diverses manières en fonction des résultats recherchés et des outils utilisés : documents PDF, infographies, tableaux et courbes statistiques…

Mais ça sert-il ?

En tant que web entrepreneur, il vous faut communiquer sur les réseaux sociaux pour faire connaitre votre offre. Vous souhaitez que votre communication soit la plus efficace possible pour vendre vos produits. Pour le savoir si c’est le cas, il est nécessaire de se baser sur différents indicateurs : les fameux ICP (Indicateurs Clés de Performance) ou KPI. 🏆

Cela peut par exemple se traduire par le nombre :

  • de personnes qui ont vu votre publicité ou votre post sur les différents réseaux sociaux et sur votre blog,
  • de personnes qui ont cliqué sur le lien proposé,
  • de personnes ayant rempli le formulaire,
  • d’acheteurs…
  • ainsi que par les différents ratios entre ces indicateurs.

Pour simplifier, cela vous permet de savoir si vos posts ont un impact sur vos ventes et sur votre notoriété ou non. L’analyse fine des bons indicateurs vous aide à comprendre ce qu’il faut modifier pour que votre message atteigne sa cible.

Si vous travaillez « À l’aveuglette », il y a de grandes chances qu’une partie de votre communication soit inefficace et que vous ne la sachiez pas. Vous travaillez donc pour rien. Vous n’avez pas d’indicateurs pour mesurer la portée de votre travail. C’est une énorme perte de temps.

À l’inverse si vous avez trop d’indicateurs, vous ne savez plus où donner de la tête dans le flot d’informations qui sont à votre disposition. De ce fait, vous avez du mal à prendre vos décisions. C’est également une perte de temps ou du moins un manque d’efficacité.

Il vous faut donc une méthode de suivi et d’analyse adaptée à votre activité, des indicateurs pertinents et une présentation simple et compréhensible.


Comment préparer votre Reporting Social Media ?

Étape 1 : Définir vos objectifs de suivi

En fonction du niveau de développement de votre activité, vos priorités ne sont pas les mêmes.

Si vous êtes en début d’activité, il faut vous faire connaitre. Les ventes viendront dans un second temps.

Ce que vous cherchez alors à mesurer c’est le nombre :

  • de personnes ayant vu vos publications,
  • de partages,
  • d’inscrits sur vos formulaires
  • d’inscrits à votre liste e-mail…

Si vous êtes une marque déjà bien établie, vous chercherez plutôt à vendre le maximum de produits à vos fans. Vous choisirez alors principalement à suivre les indicateurs de vente. 💸


Étape 2 : Choisir vos indicateurs de suivi

En fonction de ce que vous visez, tous les indicateurs ne sont pas indispensables. Choisissez-en 3 ou 4 parmi les plus pertinents, ceux qui vous aident vraiment à atteindre vos objectifs.

Comment les choisir ?

La meilleure façon de faire le bon choix dans ses indicateurs est de se poser ces 2 questions :

  • Est-ce que connaitre les résultats de cet indicateur est une priorité absolue pour mon objectif du moment ?
  • Est-ce que l’optimisation de cet indicateur peut vraiment m’aider à atteindre mon objectif ?

Si vous avez répondu OUI aux 2, alors vous devez suivre cet indicateur.


6 indicateurs à suivre dans votre stratégie 🔑

  • Le nombre d’inscrits ou de followers : Que ce soit sur votre liste e-mail, Twitter, Instagram, YouTube, Facebook… il s’agit du nombre de personnes s’étant inscrit pour suivre et/ou recevoir votre actualité.
  • Le nombre d’impressions et la portée : Le nombre d’impressions est le nombre de fois où un post s’affiche sur l’écran des internautes que vous visez. La portée est le nombre de personnes ayant vu votre post.
  • L’engagement : C’est le nombre de fois où les visiteurs ont interagi d’une manière ou d’une autre suite à la publication de votre post (likes, partages, commentaires, votes…)
  • Le nombre de partages : C’est le nombre de fois où votre post a été partagé par les visiteurs. Cet indicateur est très important puisqu’il mesure d’une certaine manière le taux d’intérêt des internautes pour vos publications. De plus, un post partagé a beaucoup plus de chances d’être lu qu’un même contenu présenté sous forme de pub.
  • Le trafic sur le blog issu des réseaux sociaux : C’est le nombre de visiteurs provenant des publications des réseaux sociaux. Il est évidemment lié au nombre de fois que les internautes ont cliqué sur un des liens de vos publications.
  • Le taux de conversion : C’est le rapport entre le nombre de personnes ayant effectué l’action recherchée (acheter le produit, inscription sur un formulaire, participation à un quiz…) et le nombre total de personnes touchées par la campagne. C’est l’indicateur clé de chaque campagne.

Vous devez distinguer trois types de contenu sur lesquels appliquer ces indicateurs :

  • les contenus payants (Paid Media),
  • vos propres contenus (Owned Media)
  • les contenus extérieurs qui parlent de vous (Earned Media).

statistiques


Étape 3 : Définissez à qui s’adressent les résultats de suivi

Si vous êtes un solopreneur, c’est simple, vous êtes votre propre interlocuteur. Vous connaissez les indicateurs que vous souhaitez suivre, et la présentation qui vous convient le mieux.

Si, par contre, vous êtes un Community Manager qui travaille pour de multiples clients ou en interne dans une entreprise, il vous faut connaitre exactement les souhaits de votre ou vos interlocuteurs. Vous voulez que ces résultats leur soient utiles au quotidien.

Alors ! Comment s’y prendre ?

Il y a 2 grandes règles à connaitre :

  • Plus votre interlocuteur est haut dans la hiérarchie, moins il a besoin de détails et plus les informations doivent être pratiques (suggestions d’actions plutôt que chiffres bruts)
  • Lorsqu’il fait partie d’un service marketing, communication… il a besoin d’un niveau de détails élevés pour adapter les actions d’une période à une autre.

Si vous devez communiquer avec les deux types d’interlocuteurs, préparez un rapport exhaustif avec un haut niveau de détails. Puis extrayez les informations principales que vous présenterez sous forme de vignettes-résumés.

Dans les deux cas, préférez les représentations visuelles (infographies, graphiques, histogrammes…) quitte à compléter vos informations à l’écrit ou à l’oral. 📊

Les informations apportant le plus de valeur sont celles qui présentent les points d’évolution remarquables (positifs ou négatifs) d’une campagne à une autre et d’une période à une autre.

On peut pousser l’analyse jusqu’à suggérer une cause à cette évolution. Les décideurs seront friands des suggestions de modification dans la campagne que vous pourrez leur faire en fonction des résultats et des besoins.


Étape 4 : Choisissez le bon outil de Reporting.

Il existe des outils vous permettant de suivre vos performances sur les réseaux sociaux.

Vos critères de choix devront se porter en priorité sur la praticité et la synthèse des informations délivrées.

Sur le dashboard Swello à partir de l’abonnement Large, vous avez la possibilité d’accéder à un tableau de bord analysant vos statistiques en fonction de la période souhaitée.

Les données sont précises et une courbe analyse même l’évolution de votre communauté. Un export en PDF est même possible pour télécharger un reporting et le partager clé en main.


Comment présenter un Reporting de Social Media ?

En règle générale, utilisez un format qui facilite la lecture. Mettez en évidence les informations essentielles : isolez les résultats des indicateurs clés, usez de titres, d’images, de couleurs…

Vous devez adapter votre présentation en fonction de votre interlocuteur. Pour rappel :

  • une vision synthétique et axée sur les solutions pour les dirigeants. Le moins de détails possible. Beaucoup de visuels voire des animations. Des recommandations pour faciliter la prise de décisions,
  • des informations opérationnelles et détaillées pour le service marketing et communication.

Mettez en avant les résultats ayant permis d’atteindre les objectifs et également les indicateurs qui n’ont pas atteint leur but. L’intérêt de ce genre de rapport est justement d’ajuster le tir dans ce cas de figure.

Interrogez-vous sur le contexte dans lequel s’inscrit ce rapport. S’agit-il de réaliser un suivi d’activité annuel, un suivi et un bilan de campagne ponctuel, un rapport de ROI, un audit de marché, ou un bilan intermédiaire de crise ? La réponse à cette question définira le format attendu ainsi que sa périodicité.

Mettez vos résultats en perspective. Comparez-les avec les données des périodes précédentes ou ceux de vos concurrents.


Et voilà, vous avez désormais de quoi mettre en place vos reportings ! Vous connaissez vos indicateurs clés, les meilleurs outils pour les suivre et la façon d’utiliser ces informations.

Et vous, quel outil avez-vous choisi pour faire votre reporting ? Dites-le-nous tout en commentaire.


Vous aimerez à coup sûr ces articles :

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.
Tous les champs comportant une étoile (*) sont obligatoires.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.